Home AlesBrown Ales & Stout Sori I’m Late – O’Clock x Sori

Sori I’m Late – O’Clock x Sori

by sirotonslehoublon

J’écris cette review le 21 Mars 2021, soit tout pile deux ans après la sortie de la Sori I’m Late. Une bière que j’avais déjà bue quelques jours après sa sortie et que je vais redécouvrir ici après 2 ans de vieillissement. Une manière pour moi de comparer mes notes passés et de voir l’évolution de la bière mais aussi de mon palais et de ma critique.
Mais quoi que c’est la Sori I’m Late ? C’est la collaboration entre O’Clock et Sori Brewing, un imperial stout à la vanille et vieilli en barriques de bourbon, le tout à 11.5% ABV.

👀 Apparence

De ce côté là ça n’a pas changé, la robe est bien noire et se couvre d’une très jolie mousse café, crémeuse et très abondante mais à la persistance assez moyenne. C’est assez impressionnant pour une bière d’un style qui ne mousse habituellement que peu et qui a déjà deux ans d’âge en plus de ça !

👃 Nez

Le nez est très agréable. Je ne me souviens plus de la puissance qu’il avait quand la bière était jeune mais on retrouve bien les malts torréfiés et leurs apport de café mais surtout ce cacao, certainement sublimé par les airs sucrés apportés par la vanille et le bourbon.
Parlant de vanille, celle-ci est bien présente dans ce petit café des îles. Le bourbon se ressent aussi bien sur la fin mais le bois de la barrique reste discret. L’ensemble à l’air bien gourmand et pourtant on est loin de la pastry stout avec une tonne d’adjonction.

👅 Bouche

Avant de parler de la sensation en bouche, dois-je vous dire que mes attentes sont très élevées ? J’ai gardé un incroyable souvenir de la Sori I’m Late, c’était mon stout coup de cœur de 2019 et clairement toujours un de mes préférés à ce jour. La redécouvrir au bout de deux ans c’est un peu mon noël de mars. Je la regardais presque tous les jours dans ma cave dans l’attente de l’ouvrir.

Et après une première gorgée on peut dire qu’elle n’a pas perdu de ses qualités mais peut-être a t’elle évoluée ?
En attaque c’est une bière avec un corps moyen, assez léger pour cet ABV, qui s’accompagne de notes assez gourmandes, on y retrouve bien le cacao des malts torréfiés et la vanille qui apporte sa touche sucrée et gourmande.

Mais ça c’est avant de se faire prendre en traitre par la seconde bouche qui vient d’un coup te surprendre les papilles par ses notes bien plus vives et agressives. Le café est bien présent avec un côté amer et est accompagné de notes de sous-bois humide. C’est comme si on était à l’intérieur de la barrique en léchant les parois. MIAM !

Mais où est le bourbon là dedans ? Il attend derrière, en fourbe, pour venir te tapisser la langue, le palais et les joues sur la finale. Là on est bien dans la barrique mais elle est encore pleine, on se noie dans un imperial stout chargé au bourbon dont les flaveurs s’accompagnent des notes alcooleuses. Cette IS ne ment pas sur son degré de l’alcool et le fait savoir.

C’est toujours très bon et peut être plus traître que lors de la première dégustation. Je n’avais pas souvenir d’une bière si annonceuse de son degré d’alcool. Avec l’âge elle a peut-être perdu son côté gourmand une fois passé l’attaque mais ça reste très représentatif de ce que contient cette bière : un classique IS barriqué avec infusion de vanille.
J’ai pris un grand plaisir à la reboire et je vais maintenant finir mon verre pour noyer mon chagrin maintenant que je n’en ai plus de côté.

0 comment

You may also like

Leave a Comment