Home AlesBrown Ales & Stout Dégustation comparative Dernière Récolte et Dernière Récolte BA – Mont Hardi

Dégustation comparative Dernière Récolte et Dernière Récolte BA – Mont Hardi

by sirotonslehoublon

Aujourd’hui je me lance dans un exercice que je n’ai pas encore proposé dans mes dégustations en comparant deux versions d’une même bière : la Dernière Récolte de la brasserie Mont Hardi.
La Dernière Récolte est un Baltic Porter au noix et au thé et une version barriquée vient de sortir, assemblage d’une partie du brassin vieilli en fût de bourbon et d’une partie en fût de rhum jamaïcain.
Là où c’est intéressant pour moi c’est intéressant c’est que j’ai pu récupérer un échantillon de la version BA sans indications permettant de l’identifier sur la bouteille. Je vais donc comparer les deux échantillons à “l’aveugle”. Je vais donc désigner les bières en “Bière 1” et “Bière 2”.

👀 Apparence

Visuellement les deux bières sont très proches visuellement, robe noire profonde, totalement opaque. Là où elles diffèrent c’est au niveau de la mousse. Aussi bien sur Bière 1 que Bière 2 elle est crémeuse, moyennement abondante et couleur café mais sur bière 2 elle est un peu plus persistante et laissant seulement un léger col.

👃 Nez

Au nez sur la bière 1 j’ai des notes évidemment torréfiées de pain grillé, de café, de cacao mais également des marqueurs boisés, de fruits secs, végétaux et gourmandes. Cependant je n’ai pas un profil particulièrement marqué sur le bourbon ou le rhum à part ces notes gourmandes. Je pense qu’il s’agit bien de la version barriquée d’autant plus que la bière 2 propose un nez bien plus sec qui met plus en avant le café, le pain grillé, les noix et les notes végétales de thé.

👅 Bouche

Commençons par la Bière 1. Elle surprend par son attaque vive, au corps léger et à la sécheresse déroutante. Là où on s’attendrait à une bière lourde et sirupeuse on obtient un liquide léger, presque râpeux, amer, âpre et pleinement portée sur des saveurs de croûte de pain brûlée, de café et de noix torréfiée. Sur la finale on note une nette atténuation de cette sécheresse qui laisse place à des notes discrètes mais plus gourmandes, mielleuses, aux airs de sirop d’érable et à la fine flaveur de rhum boisé.

Passons sur la Bière 2. On retrouve des marqueurs assez similaires en attaque avec les notes de café, de croûte de pain brûlée mais avec une amertume un peu plus modérée, moins sèche et moins boisée. Sur la finale les notes torréfiées vont un peu s’atténuer, laissant plus de place à la noix et révélant surtout des belles notes de thé en rétro-olfaction.
Moins de sécheresse boisée en attaque et moins de gourmandise en finale, un peu moins de complexité mais aussi plus accessible.

Il est assez évidement que la version 1 est barriquée même si l’exercice à l’aveugle était relativement déroutant. La barrique n’est pas particulièrement marquée, toute en subtilité, elle apporte de la complexité et permet de bien travailler les fines différences sur l’aromatique en rendant l’exercice particulièrement ludique.

0 comment

You may also like

Leave a Comment