Home Articles [Découverte] BAPBAP – Brassée à Paris, Bue à Paris

[Découverte] BAPBAP – Brassée à Paris, Bue à Paris

by sirotonslehoublon

Après la visite de Bonjour Brasserie, je suis allé à Paris pour visiter la brasserie BAPBAP. Toutefois, ce petit pas géographique est un grand pas au niveau de l’échelle de production. Je passe de la toute petite nano-brasserie à la brasserie Artisanale de grande échelle.

BAPBAP pour « Brassée à Paris, Bue à Paris » est une brasserie installée depuis fin 2014 au cœur du 11ème arrondissement de Paris, dans un beau local de 1800m² sur 7 étages qui était autrefois une usine textile.

Actuellement, BapBap c’est 17 employés, 4 fermenteurs de 80 Hectolitres tout neufs qui viennent compléter le matériel déjà présent initialement et le tout pour une capacité de production de 5000 Hectolitres annuels.

Sur les 7 étages de la brasserie on retrouve au sous-sol l’embouteilleuse / encapsuleuse et étiquetteuse ainsi que tout l’espace de conditionnement.
Au rez-de-chaussé et au premier étage la salle de brassage et de fermentation et dans les étages, une salle de dégustation, un espace de co-working, l’espace de concassage et de stockage des malts et autres matières premières.

La marque BAPBAP a été créée par 3 collaborateurs dont 2 sont impliqués dans le quotidien de l’entreprise : Edouard et Archibald.
C’est suite à des voyages leur ayant permis de découvrir le monde de la bière craft qu’ils ont décidés de se lancer en 2012 dans la création de BAPBAP pour travailler dans leur passion.

Si vous êtes un beer geek, vous connaissez certainement BAPBAP de nom sans que cela vous parle énormément. En effet, jusqu’à maintenant la brasserie est connue pour sa gamme de 5 bières permanentes assez classiques et qui n’ont pas nécessairement vocation à séduire les passionnés de bières artisanales toutes plus exotiques les unes que les autres.
On retrouve dans la gamme permanente :

  • L’originale, une pale ale assez classique, bière blonde de soif par excellence.
  • La Vertigo, une IPA avec du houblon Sorachi Ace en houblonnage à crue
  • La Blanc Bec, une blanche dont la recette devrait changer pour cet été avec l’utilisation d’une nouvelle levure
  • La Poids Plume, une bière de table légère (3° d’alcool seulement) revisitée avec plus de houblon pour la rendre plus moderne.
  • La Toast, un porter assez léger (4.5°) assez facile à boire tout en gardant les arômes classiques de bières utilisant des malts torréfiés.

Je n’avais plus bue de bière BAPBAP depuis un moment à part la Poids Plume qui m’avait fait bonne impression, remplissant parfaitement son rôle de bière légère sans être dénuée de saveurs.
J’ai donc profité de cette visite pour me rafraîchir la mémoire en dégustant la Vertigo. Encore une fois j’ai été agréablement surpris.

On est sur une IPA qui est certes assez classique (bien que le Sorachi apporte des notes peu communes) mais bien faite. Elle saura à la fois être accessible à un public pas particulièrement averti tout comme plaire à un amateur de bières.
Certes, c’est pas une Cloudwater Dry Hoppée à 35g/L mais le rapport qualité-prix est très bon, les bières BAPBAP restant dans la tranche basse des bières craft (dans les 3 à 3.5€ en grande surface pour la gamme classique).

En dehors de cette gamme classique, j’ai pu voir la Septante Neuf vieillie en fûts. Il s’agit d’une base de triple titrant à 10° qui a été vieillie dans différentes barriques dont du cognac et du vin blanc.

Il restait également quelques bouteilles de Flamberge en exposition, une collaboration entre BAPBAP, Brooklyn Brewery et la Brasserie de l’Être et qui est également déclinée en version vieillie en barrique de vin blanc.
Elle est pour moi l’exemple que BAPBAP s’intéresse et est capable de faire de belles bières complexes.

Toutefois, il est actuellement indéniable que BAPBAP se repose sur sa gamme classique et permanente. Mais c’est quelque chose que la marque aimerait faire évoluer à l’image de ce qu’a déjà fait Gallia en région parisienne.

Plusieurs moyens sont entrain d’être mis en place pour aller dans ce sens, dont l’ouverture prochaine d’un Taproom dont l’inauguration est prévue le 24 mai. Ce Taproom est accolé à la brasserie et c’est d’ailleurs Maryne, la responsable du Taproom qui m’a accueilli chez BAPBAP pour la visite.

Ce taproom sera alimenté principalement par les bières BAPBAP (bien que des brasseries invitées se retrouveront régulièrement à l’honneur aux becs pression) et impose donc la sortie de brassins éphémères pour combler le public.
L’inauguration devrait donc se faire avec la présence d’une Berlinerweisse au melon mais bien d’autres sont prévues à l’avenir comme une Pale Ale Citra ou encore une Hoppy Lager.
Les avis des clients seront recueillis pour faire régulièrement évoluer l’offre et pour les locaux, il sera possible de rentrer chez à la maison avec un growler rempli sous le bras !

L’évolution de BAPBAP passera aussi, à un peu plus long terme, par l’ouverture d’un nouveau site de brassage en île de France, majoritairement dédié à la production de la gamme permanente. La brasserie actuelle pourra alors s’orienter vers la création de brassins éphémères et de bières plus dans l’ère du temps, plaisant généralement au public averti des « beer geeks ».
C’est d’ailleurs ce que me confirmait avec plaisir Antoine, actuel brasseur chez BAPBAP et anciennement brasseur chez Mappiness qui fait actuellement ses expérimentations sur des brassins test de 30l. Ces derniers temps il a entre autres testé une Session IPA, un Imperial Stout ou encore un Breakfast Stout au Cacao.

Si les bières BAPBAP vous intéressent, elle peuvent facilement être trouvé à Paris en en région Parisienne dans l’un de leur 400 points de vente mais aussi chez Monoprix avec qui BAPBAP dispose d’un contrat d’exclusivité.
Pour les plus curieux il est également possible de visiter la brasserie.

Pour ma part j’ai hâte de voir l’évolution future de la brasserie et surtout de leurs produits afin de goûter de nouvelles saveurs made in Paris.

0 comment
0

Vous pourriez également aimer

Leave a Comment